Mercure

La surface de Mercure

Les images renvoyées par la sonde spatiale Mariner 10 montrèrent un monde ressemblant à la Lune. Il est marqué de cratères, il contient d'énormes basins à multiples anneaux et plusieurs coulées de lave. Les cratères varient en grandeur de 100 mètres (la plus petite résolution des images de Mariner 10) à 1 300 kilomètres. Ces cratères sont à différentes étapes de conservation. Certains sont jeunes avec des rebords aigus, possèdent des rayons brillants et s'étendant vers l'extérieur. D'autres sont très daeacute;gradés avec des rebords arrondis par le bombardement des météorites. Le plus gros cratère sur Mercure est le basin Caloris. Un basin qui fut décrit par Hartmann et Kuiper (1962) comme une "grande dépression circulaire avec des anneaux concentriques distincts et des traits radiaux." D'autres considèrent tout cratère de plus de 200 kilomètres, comme des basins. Le basin Caloris fait 1 300 kilomètres de diamètre, et fut probablement créé par un projectile de plus de 100 kilomètres de diamètre. L'impact produisit des anneaux montagneux de trois kilomètres de haut et projeta des éjectas sur un périmètre de 600 à 800 kilomètres. (Un autre bon exemple d'un basin montrant des anneaux concentriques se trouve dans la région Valhalla sur la lune de Jupiter Callisto). Les ondes sismiques produites lors de l'impact qui forma Caloris, se focalisèrent sur la face opposée de la planète et produisirent une région de terrain chaotique. Après l'impact le cratère fut partiellement rempli par des écoulements de lave.

Zoom sur l'une des grandes failles de la croûte mercurienne.

Zoom sur l'une des grandes failles de la croûte mercurienne


Mercure est marqué de grandes falaises courbes ou d'escarpements lobés qui furent apparemment formés lorsque Mercure s'est rétrécie de quelques kilomètres suite à son refroidissement. Ce rétrécissement produisit des plissements de la croüte avec des escarpements hauts de plusieurs kilomètres et de centaines de kilomètres de long.

La plus grande partie de la surface de Mercure est couverte de plaines. Beaucoup de ces plaines sont vielles et criblées de cratères, mais quelques une d'entre elles ont moins de cratères. Les scientifiques ont classifié ces plaines de plaines entre-cratères et de plaines lisses. Les plaines entre-cratéres sont moins saturées de cratères et ces cratères font moins de 15 kilomètres de diamètre. Ces plaines furent probablement formées par les coulées de lave qui submergèrent le terrain plus âgé. Les plaines lisses sont plus jeunes et on y retrouve encore moins de cratères. L'on retrouve des plaines lisses autour du basin Caloris. Dans certaines zones, l'on peut voir des parcelles de lave lisse remplissant des cratères.

L'histoire de la formation de Mercure est similaire à celle de la Terre. La planète s'est formée il y a environ 4,5 milliards d'années. Ce fut une période d'intense bombardement pour ces planètes alors qu'elles récupéraient les matériaux et les débris laissés tout autour par la nébuleuse qui les engendra. Tôt dans ce processus de formation, Mercure se différencia probablement en un noyau métallique dense recouvert d'une croûte de silicates. Après la période de bombardement intense, la lave s'écoula en surface et recouvra la croûte plus âgée. Vers ce temps là, la majorité des débris avaient été balayés et Mercure entra dans une période de bombardement plus légère. Pendant cette période les plaines entre-cratères se formèrent. Ensuite Mercure se refroidit. Son noyau se contracta avec pour conséquence des bris de la croüte qui produisirent les proéminents escarpements lobés. Au cours de la troisième période, la lave inonda les basses-terres et forma les plaines lisses. Durant la quatrième période, le bombardement par les micrométéorites créa une surface poussiéreuse aussi connue sous le nom de régolite. Quelques plus grosses météorites frappèrent la surface et créèrent de brillants cratères avec des rayons. En excluant les collisions occasionnelles par des météorites, la surface de Mercure n'est plus active et est demeurée la même depuis des millions d'années.

Haut de la page

Lien