Actualités

103P/Hartley 2, la comète verte.


Attendue courant octobre pour un passage au plus près de la Terre, la comète Hartley 2 est désormais à portée des astronomes amateurs qui ont commencé à lui tirer le portrait.

Le 20 octobre prochain, la comète Hartley 2 sera à seulement 18 millions de kilomètres de nous. Elle devrait alors être visible à l'œil nu avec une magnitude de 5, bien que son comportement reste imprévisible et qu'une estimation d'éclat soit toujours délicate, comme pour la plupart des astres chevelus. Les astronomes ont encore en mémoire l'incroyable explosion de la comète 17P/Holmes qui, le 25 octobre 2007, passa brutalement de la magnitude 17 à la magnitude 2,5.

Hartley 2 est déjà depuis quelques semaines sous la surveillance de la mission Epoxi, nouveau nom donné à la sonde Deep Impact qui avait croisé avec succès la comète Tempel 1 en 2005 et qui sera au plus près de Hartley 2 le 4 novembre. De leur côté les télescopes terrestres ont également été mobilisés pour suivre l'arrivée de la belle voyageuse. Avec leurs équipements de plus en plus performants, les astronomes amateurs ont déjà récolté de belles images qui nous en disent un peu plus sur cette nouvelle comète.

Photographie de la comète Hartley 2 réalisée le 29 septembre 2010.

Photographie de la comète Hartley 2 réalisée le 29 septembre 2010.


Gaz toxique et couleur verte

Les clichés les plus spectaculaires ont été obtenus par l'astrophotographe autrichien Michael Jäger, un habitué des rendez-vous cométaires. Ses images révèlent que Hartley 2 présente déjà une belle chevelure verte. La chevelure, qu'on appelle également coma, est une zone sphérique de plusieurs dizaines de milliers de kilomètres qui entoure le noyau. Elle est constituée d'atomes, de gaz et de poussières libérés du noyau cométaire sous forme de jets, nés de la sublimation de la surface glacée du noyau soumis au rayonnement solaire. La couleur verte est produite par la fluorescence du cyanogène (C2N2) et du carbone diatomique (C2).

Le cyanogène est présent dans de nombreuses comètes : Hale-Bopp en 1995, Machholtz en 2005, Lulin en 2009 ou Mc Naught en 2010 sont autant d'exemples de comètes ayant présenté cette belle couleur verte. C'est un gaz toxique qui fut détecté pour la première fois en 1910 lors du passage de la comète de Halley. Les journalistes annoncèrent alors la fin du monde, car la Terre devait passer dans la queue de la comète, ce qui entraîna de nombreuses scènes de panique. Nous sommes toujours là pour prouver que ces rencontres sont inoffensives, en raison de la très faible densité gazeuse de la chevelure et de la queue des comètes.

Harthley 2 ne semble pas encore subir les assauts du vent solaire qui repousserait ses particules à l'arrière de la comète : les images obtenues par les astronomes amateurs ne montrent pas encore de queue, à moins que celle-ci soit encore trop faible pour être décelable. En glissant des constellations de Pégase à Persée courant octobre et en continuant à s'approcher de la Terre et du Soleil, Harthley 2 va devenir un objet astronomique de plus en plus intéressant dont nous ne manquerons pas de donner des nouvelles.